Philarète Chasles: “Esprits et erreurs de la société française de 1827 à 1840”

Ne semble-⁠t-⁠il pas que la société soit un immense instrument nerveux dont les cordes trop tendues rendent des accords stridents, exhalent des harmonies douloureuses et se brisent à chaque instant ?

– Philarète Chasles, “Esprits et erreurs de la société française de 1827 à 1840