Alexis de Tocqueville (1850)

Alexis de Tocqueville (1850)
Portrait by Théodore Chassériau

Courtesy of the website of the Musée national du Château de Versailles

Ici, l’imitation fut si visible que la terrible originalité des faits en demeurait cachée. {…} Les hommes de la première révolution étaient vivants dans tous les esprits, leurs actes et leurs mots présents à toutes les mémoires. Tout ce que je vis ce jour-⁠là porta la visible empreinte de ces souvenirs ; il me semblait toujours qu’on fût occupé à jouer la Révolution française plus encore qu’à la continuer. {…} On cherchait, en attendant, à se réchauffer aux passions de nos pères, sans pouvoir y parvenir ; on imitait leurs gestes et leurs poses tels qu’on les avait vus sur le théâtre, ne pouvant imiter leur enthousiasme ou ressentir leur fureur. C’était la tradition d’actes violents suivie, sans être bien comprise, par des cœurs refroidis.

– Alexis de Tocqueville, Souvenirs

x
x